La poterie

L’histoire de la poterie est tellement ancienne que nous la tiendrons sous silence, faute de place. Depuis des millénaires, le potier est le Dieu de l’argile. Entre ses doigts filent : pots, cruches, marmites, poêlons, et beaucoup d’autres ustensiles culinaires et décoratifs et ce, en un instant ou presque. Comme beaucoup de métiers artisanaux, le métier de potier demande beaucoup d’adresse et d’habileté.

L’argile ou terre glaise, base de la poterie, sera après malaxage manuel placée sur le plateau du tour.

Il faudra ensuite centrer parfaitement cette masse avant de la travailler. Après chose faite, la main et les doigts du tourneur s’enfonceront dans la matière afin de lui donner vie et forme.

La pièce, une fois terminée sera ensuite mise à sécher environ 14 jours avant de passer au four à 1100 ° environ pendant 24 heures.

L’émaillage, phase de finition pour certaines pièces sera obtenu en faisant tremper l’objet dans un bain avant d’être de nouveau passée au four entre 950° et 1450 °.

La machine, ou tour est actuellement bien souvent électrique, mais bien des artisans emploient encore le système « à l’ancienne » pour tourner leurs pièces.

Signalons pour terminer que la poterie est un art de simplicité qui se satisfait de quatre éléments : l’eau, l’argile, le feux et le savoir de l’homme.

home